~ Le tricot abandonné, chronique d’un mal pas Wool ~

 
2286C4E1-2CBA-4D39-ADA0-1A754204A0E5.JPG
 

C’est une belle arlésienne que celle de discuter (sans se raisonner) autour de l’éternelle question : ai-je trop de laine chez moi ?

Ces derniers jours, nous sommes quelques-uns à avoir partagé une partie ou l’intégralité de notre stash de laine sur Instagram, suite à la proposition d’Alice Hammer

Je sais que je n’ai pas le stash de laine le plus impressionnant qu’il soit mais toutefois, je remarque que mes pelotes occupent quand même quelques cartons bien remplis chez moi… et que ma volonté de ‘0 achat laine’ est parfois mise à rude épreuve.

Dans mon cas, ce qui m’a plutôt interpellé la dernière fois que j’ai fait un inventaire de mon joyeux butin, c’est plutôt les quelques projets tricot débutés ces dernières années mais jamais terminés. Pendant longtemps, je me suis dis qu’un jour je les reprendrai tout simplement là où je les avais laissé mais je sais bien désormais (vieillir a du bon) que cela n’arrivera pas, car ils ne me procurent plus assez de plaisir et que de les revoir me renvoient plutôt à un sentiment d’échec et de procrastination.

C’est ce que j’appelle un mal pas Wool, car il faut que le tricot reste un chouette rendez-vous, mais c’est aussi un mal pas Wool car pas grave puisque la laine a ça de bon : pouvoir être détricotée, alors profitons-en !

J’ai donc décidé de reprendre, un à un (j’en ai 3 en tout) ces tricots abandonnés pour leur faire vivre une nouvelle aventure !

Le premier projet : il s’agit d’un gilet dont je devais vous proposer un tuto pour les Wool Stories il y a de cela un an. Le projet n’a finalement pas pu aboutir, mais cette laine canon Lyre de Bouton d’Or avec sa douceur et son brillant, mérite d’être enfin bien tricotée.

Et ce sera le cardigan Adeli de Isa Lisallu pour les Wool Stories, c’est même une évidence !

Et vous, avez-vous aussi des tricots abandonnés ? Je vous propose que vous les tagguiez sur Instagram avec le hashtag #tricotabandonne et qu’on se motive tous ensemble soit à les finir, soit à les défaire pour repartir sur un autre projet !  

 
Bernie Torres