~ Enrico Castronovo ~

Enricocastronovo.png

Bonsoir à tous, 

Après une semaine évadée entre Porto et Lisbonne, me revoici pour vous présenter trois Wool Stories qui me tiennent particulièrement à coeur. Tout d'abord, notre Wool interviewé de la semaine est une personnalité attachante, sincère et passionnée… Vous allez l'adorer, enfin plus que vous ne l'aimez déjà ! Je vous présente ensuite un projet culturel et social qui m'a bluffé à Lisbonne, et je vous demande votre avis et votre aide pour les aider ! Et enfin, non sans émotion, je lève le voile sur un rendez-vous fixé en décembre… pour vous rencontrer, le tout accompagné par quatre nanas pleines de talent. C'est parti !

Je me souviens très bien de la première fois que j'ai manié des aiguilles à tricoter, c'était au début de l'automne 2007, je venais de m'installer à Paris et j'habitais avec ma copine Daniela. C'est elle qui m'a poussé au crime, en m'agitant sous le nez ses jolis tricots jusqu'au moment où je lui ai demandé de m'apprendre. J'avais déjà fait du crochet de manière ponctuelle, mais la découverte du tricot à été une illumination. Depuis ce soir-là, je suis entré dans le tricot comme on entre en religion.

Voici commence notre Wool Interview de la semaine avec Enrico Castronovo, tricoteur passionné comme vous venez de le lire et heureux tenancier de la boutique Les Tricoteurs Volants. Découvrez la suite de ses confidences laineuses…

Au sujet de sa boutique… Elle m'est tombée dessus totalement par hasard. Il y a 4 ans, à une époque où je me sentais à l'étroit dans mon ancien travail, j'ai découvert cette petite mercerie (un peu miteuse, avouons-le) à deux pas de chez moi et j'ai tout de suite senti le potentiel que cet espace un peu désuet recelait. A partir du moment où l'idée de la reprendre s'est insinuée en moi tout s'est passé très vite, et je me suis retrouvé mercier du jour au lendemain ! 

Et visiblement ça a été une bonne idée, car les Tricoteurs Volants on fait très vite leur apparition dans les listes des boutiques de tricot incontournables à Paris, à coté d'enseignes fétiches comme Lil Weasel et l'Oisivethé !

~ Question Guinness Book ~
Combien de pièces as-tu déjà tricoté ?

Ou-là, j'ai beau réfléchir mais la réponse n'est pas facile. En janvier dernier j'avais commencé à noter dans mon agenda tous les tricots que j'avais terminés, mais je ne suis pas du genre à tenir un agenda, alors je me suis arrête aux trois premiers finished objects. Et malheureusement je n'ai pas assez de discipline pour charger tous mes projets sur Ravelry. Mais si on compte à la louche, en sachant que depuis ce fameux soir d'il y a bientôt dix ans il ne s'est pas passé un seul jour sans que je tricote (sauf les jours où j'ai filé, tissé, teint ou roupillé), je dirais… plusieurs centaines. Et si on compte les échantillons on arrive à 1 000 (oui, je suis fier d’être membre de la team échantillons) !

~ Question Bucket List  ~
La liste complète des projets tricot que tu souhaites réaliser.

Alors là, c'est comme les livres : je suis résigné et conscient du fait que je ne vais JAMAIS avoir le temps de réaliser ne serait-ce qu'un dixième de tous les projets tricot qui apparaissent dans ma liste d'envies. Parfois je dois me retenir de télécharger un patron sur Ravelry ou d'attraper mes aiguilles et me laisser aller à la “castonite”. En ce moment je suis très sage, je n'ai que quatre ouvrages en cours. Il m'arrive aussi de voir une pelote et d'imaginer tout de suite la manière de la transformer en pull ou autre. Cela m'est arrivé très récemment en testant un nouveau fil qui correspond parfaitement à un projet qui traîne dans mon cerveau depuis longtemps, du coup j'ai commencé à travailler avec, et… le patron va être sur Ravelry en janvier (ça, c'était le moment auto-promotionnel).

~ Question Fétichisme  ~
Si tu ne pouvais en tricoter plus qu'un seul et ce, durant toute ta vie, quel serait ton point de tricot préféré ?

Aucun doute : le jersey. Cela peut paraître banal, mais rien de tel que le jersey pour mettre en valeur les qualités d'un fil, par exemple pour magnifier un filé main ou pour faire jouer ensemble deux fils de textures différentes.

~ Question Médicale  ~
Le tricot, c'est aussi une histoire de partage et de transmission.
As-tu transmis le virus à quelqu'un ?

Je plaide coupable. La plupart du temps les victimes étaient consentantes, donc pas trop de sentiment de culpabilité. Là je parle surtout des élèves de mes cours, je les rencontre la première fois et ils sont timides, parfois un peu honteux (surtout les garçons), ils s'appliquent consciencieusement sur leurs mailles. Deux ou trois semaines plus tard, ils en sont au stade de venir le samedi soir gratter au rideau du magasin comme des zombies en manque de cerveau frais en criant “aaaarghhh je n'ai rien à tricoter pour le weekend !!!” Et là je me dis que j'ai créé des monstres.

Parfois j'ai aussi subrepticement mis une pelote et une paire d'aiguilles dans les mains de personnes chez qui je sentais une envie plus ou moins cachée, et là aussi le virus a proliféré. Il y a une seule personne qui m'a résisté pour le moment, c'est mon ami Simon. Tu m'entends, Lapin ? Je vais finir par t'avoir !!!

~ Question Culinaire ~
Tu organises un diner exceptionnel qui réunit tes idoles tricoteurs, qui serait convié à ta table ?

Tout d'abord, il faudrait inviter un médium, car la plupart de mes idoles ne sont plus de ce monde. Une fois la question spirite résolue, mon premier carton d'invitation serait envoyé à Elizabeth Zimmermann, cette très grande dame du tricot qui reste encore hélas très méconnue en France. Ses livres sont pour moi une source d'inspiration (et de franche rigolade aussi) quotidienne, c'est chez elle que je me réfugie quand il m'arrive d'avoir un doute ou une perplexité, et je me suis chargé de la mission de la faire mieux connaitre en proposant certains de ses titres dans ma boutique. 

Le deuxième carton irait chez Mary Thomas, autre grande gourou de la maille, dont le minuscule et très grand livre a déclenché chez moi la passion pour l'histoire du tricot. Pas besoin de réveiller les morts pour inviter Mamie Topdown, c'est-à-dire la bientôt nonagénaire Barbara Walker, grande prêtresse du tricot “la tete en bas” et compilatrice de la plus grande encyclopédie de points de tricot existante, je crois. Avec ces invitées, je suis sur que ma copine Alice Hammer (avec qui on a pas mal d'idoles en commun) n'hésiterait pas une seule seconde à taper l'incruste, il faudra donc rajouter un couvert !

~ Question Fan ~
Pour quelle personne célèbre souhaiterais-tu tricoter une pièce ?

En ce moment, je lis le dernier roman d'Olivier Py, et j'ai rarement l'occasion de me sentir autant en phase avec l'univers d'un artiste. Ses textes et ses mises en scène m'ont souvent régalé, je serai ravi de le remercier avec un tricot, ou de réaliser les costumes pour un de ses spectacles. 

Sinon, il y a quelques temps j'ai tricoté un t-shirt pour Stephen West (tiens, un autre couvert à rajouter au dîner d'Halloween..), je suis ravi de le voir le porter de temps à autre sur les photos de son fil Instagram.

~ Question Knit Awards ~
L'enveloppe vient d'être décachetée et ton nom vient d'être proclamé… au moment de ton discours, qui remercies-tu ?

J'adore remercier les gens qui le méritent, je pense qu'au bout de dix minutes de remerciements quelqu'un m'arracherait le micro ! Pour la faire courte et simple, je remercierais tout d'abord ma famille qui a fait en sorte que les Tricoteurs Volants existent, ainsi que toutes les personnes (amis, clients, voisins, collègues) qui ont contribué et qui continuent à contribuer au rayonnement de la boutique. Bien sur Daniela qui m'a transmis le virus, les Corinnes qui n’arrêtent pas de me donner de bons conseils, Alice qui me fait marrer et qui m'apprend Illustrator, mes “consoeurs” Aimée et les belettes de Lil Weasel, des fournisseurs qui deviennent de bons amis comme Estelle et Caerthan, et mes amies “shampouineuses” qui me tiennent compagnie pendant les longues soirées de tricot.

Merci Enrico pour ces réponses tellement fraîches, tellement toi ! Vous savez ce qu'il vous reste à faire pour continuer à papoter avec Enrico… rendez-vous aux Tricoteurs Volants  22, rue de la Fidélité, Paris 10 !