~ Imogène ~

IMG_9794.jpg
 
 

Les Wool Stories sortent de leur léthargie : le temps de se remettre de la sortie du livre chez Eyrolles, elles reviennent enfin pour notre rendez-vous du mercredi soir !

Pour m’accompagner dans cette nouvelle étape et m’assurer que les WoolStories deviennent plus régulières, j’ai embarqué à bord du ‘Wool boat’ ma chère amie Emilie : pour celles qui suivent les projets In the wool for love depuis les débuts, ‘Emilie jolie’ posait pour les premiers carnets créatifs, vous vous souvenez ? Avec elle, nous allons pouvoir étendre encore plus les WoolStories : vous proposer des Wool Interviews avec pleins de nouvelles questions, des news Wool, des sélections de tutos, laines et la mise en avant de projets créatifs…. Et toutes les idées et envies que vous partagerez avec nous ! 

Bien sûr, les Wool Stories sont aussi l’occasion de vous présenter les autres projets qui gravitent autour d’In the wool for love, à l’image ces jours-ci de la nouvelle Collection Clubs. Nous veillerons toujours à ce que ces rendez-vous du mercredi ne se transforment pas en news commerciales, mais vous comprendrez l’importance pour nous de communiquer au mieux sur ces projets, car ce sont eux qui assurent la viabilité des autres actions menées avec In the wool for love.

Sans plus attendre, place à la découverte de l’édition numéro 65 des WoolStories !

Bernie Torres

Hello ! Dans notre sphère, tout le monde me connaît sous le pseudonyme Imogène. Je suis créatrice de la marque de laines teintes à la main Big Bad Yarn.

Mon super pouvoir ? Je suis sourde implantée ! Ce qui me définit par dessus tout reste ma propension à l'humour noir et grinçant, à être impertinente, irrévérencieuse parfois, et surtout à exprimer mes idées sans filtres ni détours. Cela a l'art d'en défriser plus d'un/une, mais quand tu arrives "chez moi" tu sais où tu mets les pieds.

34 ans cette année, je suis toulonnaise d'origine et vit aujourd’hui à Tours. J'ai voyagé en Amérique du nord, Angleterre, Ecosse, Italie, Allemagne, Suisse, Belgique, au Japon.

Après des études d'art puis de psychologie, j'ai atterri un peu par hasard dans la vente où j'ai évolué au poste de directrice de magasin pour des marques moyen-haut de gamme; un univers "fast fashion" dans lequel je ne me retrouve plus aujourd'hui. 

Concernant le tricot, je crois qu'à l'image de beaucoup d'entre nous, j'ai appris aux côtés de ma grand-mère, tatie Danielle dans l'âme mais une perle quand il s'agissait de transmission de savoir. À l'adolescence, je n’ai pas continué : ma grand mère vivait loin et personne autour de moi ne tricotait. Suite à d’importants soucis il y a cinq ans, j'ai été alitée pendant plusieurs mois et j'ai alors repris les aiguilles, le tricot étant l'activité parfaite pour occuper mes journées. À l'époque je ne connaissais que Phildar et je dois avouer que mon arrivée sur les réseaux sociaux a tout changé : j'y ai découvert les designers indépendants et les teinturières artisanales.

Ma vie tourne autour de l'art au sens large, des médiums, de la couleur. Depuis l’enfance, je dessine, peint, sculpte, j’ai fais du violon, j’ai été modèle, puis photographe. Il y a pour moi quelque chose de très sentimental dans la création.

Quand j'ai découvert les laines artisanales une évidence s'est rapidement imposée : je voulais teindre puis tricoter mes coloris. À l’époque, j’étais loin d'imaginer que je serai à la tête d'une entreprise un jour, mais une chose était sûre : je voulais travailler mes couleurs et explorer ces nouvelles matières.

En définitive, ma profession est dans la lignée de ce que j'ai toujours fait : le médium change mais la passion et le travail des couleurs restent les mêmes.

~ Question Guinness Book ~
Combien de pièces as-tu déjà tricoté ?

Oulaaaa ! Est ce que les projets sans manches comptent ? Non ? Flûte !

J'ai vingt-cinq projets à mon actif (châles, bonnets, pulls et gilets confondus, beaucoup pour enfants d'ailleurs). Je considère le tricot comme un moment de détente. Mon rapport au tricot est très ambivalent en réalité :  j'ai une sainte horreur de la course au projet, du "à qui tricotera le plus et le plus vite" et je trouve ça d'ailleurs assez contradictoire avec la vision du "slow DIY" que j'ai.

Tricoter est un vrai moment de plaisir pour moi, un moment pour prendre le temps que cela soit devant une série ou au parc avec les enfants. Ainsi, je n'ai aucune envie de me mettre la pression pour rentrer dans une espèce de compétition à la création. D'un autre côté, j'aimerai malgré tout avoir plus de temps et pouvoir élargir ma garde-robe homemade.

Malheureusement, aujourd'hui j'ai de moins en moins de temps, d'énergie et d'attention à accorder au tricot, et je le déplore car reprendre les aiguilles me fait toujours un bien fou.

Des changements devraient bientôt se faire dans ma vie, et j'espère que cela me permettra de pouvoir octroyer plus de temps à la maille.

 

~ Question Bucket List  ~
Si tu devais faire la liste complète des projets tricot que tu aimerais tricoter

Si j'avais autant de temps pour tricoter que je le souhaite voici les créations que je souhaiterais réaliser :

Alice Hammer : pull Fisherman, pull Ulysse, pull Wide Forest (et bien d’autres encore !)

Marie Amélie Designs : pull Longan

Lili Comme Tout : gilet Sigrid

Lolilafée : bonnet velvet + bonnet Tiramisu

Lilofil : pull Daintree

Ncl Knits : gilet Bretzel

~ Question Fétichisme  ~
Si tu ne pouvais en tricoter plus qu'un seul et ce, durant toute ta vie, quel serait ton point de tricot préféré ?

Ma lubie perso est sans aucun doute les torsades: il y a une infinité de combinaisons possibles et le rendu est bien souvent extraordinaire.

Mais je ne sais pas respecter les règles alors j'ajoute le jersey tricoté en rond. Devant une série, il n'y a rien de tel pour se détendre les mains sans faire d'âneries ! Que celui ou celle qui n'a jamais oublié de tricoter un rang ou de faire des augmentations me jette la première pelote !

~ Question Doudou ~
Quelle est ta marque et ta matière préférée de laine ? Si tu ne devais en tricoter qu'une seule, toute ta vie ?

Sans surprise, je vais prêcher pour ma paroisse: la MELLOW. C'est une base 80 % des îles Malouines et 20 % soie, non superwash qui a la particularité d'avoir un gonflant et une douceur assez surprenants pour de la fingering. La soie apporte de la solidité au brin et confère un tombé très intéressant.

À côté de ça, je suis fraichement amoureuse de la GONDRY, une base 100% faite en France. C'est assez nouveau pour moi car elle est plus sèche avec un côté presque rustique. Mais de façon générale j'apprécie surtout les laines gonflantes, duveteuses au micronnage très fin.

~ Question Monochrome ~
Si tu ne devais tricoter qu'une seule couleur, toute ta vie ?

Poser cette question à une teinturière, c'est un peu lâcher un gamin chez Toys'r'us et lui dire de ne choisir qu'un seul jeu ! Mais s'il faut choisir, j’opte pour le bleu ! C'est une couleur que je teins beaucoup et dont j'adore travailler les nuances.

~ Question Révulsion ~
Le point ou la technique que n’aime pas du tout ou que tu redoutes ?

La brioche !

Je trouve le rendu très chouette mais je la redoute car elle demande de l'attention, ce qui signifie avoir du temps au calme, propice à la concentration, hors j'en manque cruellement.

Néanmoins, je ne désespère pas de m'y mettre un jour car je bave devant certains modèle de Julie Knits in ParisSosuknits ou Stephen West.

~ Question Fierté  ~
Quel ouvrage tricot fait ta fierté et pourquoi ?

Le pull Hugo de Brooklyn Tweed. Je triche carrément car je n'ai toujours pas fini les manches (oui, les fameuses manches, je sais que tout le monde comprendra).

Pour la petite histoire cela a été un des premiers projets que je jugeais compliqué. Quand j'ai vu Nathalie, une copine de Tours, le tricoter pour son conjoint, j'ai eu un vrai coup de cœur. À l'époque cela me semblait être une montagne mais elle a su me rassurer en me disant "tu connais les points, le reste ce n'est qu'un peu de vigilance". Quelques jours après, je montais le pull.

Là où la honte s'invite c'est que ledit pull attend que je termine ses 15 cm de manches depuis (roulement de tambour de la honte !)... Septembre 2015 !

Cela a vraiment débloqué quelque chose chez moi : ça a démystifié beaucoup de projets que je pensais ne jamais avoir les compétences nécessaires de réaliser.

À ce sujet, s'il y a quelque chose que j'ai envie de transmettre c'est bien cela : dans le tricot les choses sont rarement compliquées, en revanche elles peuvent demander un peu de concentration. Si on a un peu de temps devant nous, on peut tout tricoter.

~ Question Médicale  ~
Le tricot, c'est aussi une histoire de partage et de transmission.
As-tu transmis le virus à quelqu'un ?

Concernant le tricot je n'en suis pas encore sûre, mais l'amour de la fibre je l'ai clairement transmis à mes enfants. Il n'est pas rare que ma petite dernière veuille m'aider à ranger les bacs ou s'approprie la laine, qu'elle prenne les écheveaux dans ses bras pour leur "faire des câlins"; et puis elle adore voir les skeiners tourner quand je travaille. Souvent lorsque je tricote elle me demande si c'est pour elle et depuis quelques mois, elle me demande d'apprendre. Je pense que la graine est semée ! Côté teinture je suis également la créatrice du "Collectif Teinture". Depuis que j'ai commencé à teindre, le côté "secret" du truc m'exècre; c'est vraiment quelque chose que je veux changer depuis le tout début parce qu'à mon sens peu importe qu'un particulier veuille commencer à teindre ou qu'une collègue ai besoin d'un coup de main (au sujet d'une technique, d'un salon, de matériel, de litiges client etc...) je considère que tout le monde doit pouvoir avoir accès à ces informations pour pouvoir démarrer ou poursuivre sans encombres. Quand on veut vraiment une information, on finit par la trouver (et j'en suis la preuve!), pourquoi diable ne pas simplifier la vie de celles et ceux qui veulent essayer? Aujourd'hui le Collectif regroupe 18 teinturières. Le but principal est le partage, la transmission de savoir aux particuliers, l'entraide entre professionnelles. Les discussions se déroulaient jusque-là sur un groupe privé Instagram mais nous allons bientôt migrer sur Slack pour des raisons pratiques/techniques. En parallèle j'héberge sur mon site une partie dédiée aux tutoriels teinture afin de donner les bases nécessaires pour démarrer ou se perfectionner; chacun des membres peut publier un article sur la technique ou le sujet de son choix. Après une pause assez longue nous reprenons de l'activité et un article voit le jour d'ici peu. Les tutoriels ont permis à pas mal de personnes de mettre les mains dans la marmite et j'en suis vraiment très heureuse!

~ Question Culinaire ~
Tu organises un dîner exceptionnel qui réunit tes idoles tricoteurs, qui convies-tu à ta table?

Cela ferait une sacrée tablée : la team parisienne (Selma, Mathieu, Olivier, Lili, Sylou, Pascale, Ricardo, Callie, Ludi, Caro, Alice HammerLili Comme Tout - je vais forcément en oublier…-), la team tourangelle que je vois à peine une fois par an faute de temps, et bien sûr @yarnpeopleTréliz@perthfestivalofyarn, mes fournisseurs chouchous @wooltops@fonty_officiel et @chesterwool...

La liste est trop longue car il y a énormément de personnes que j'apprécie : pour faire simple et rapide je pense que je vais prendre la question à l'envers (rappelle toi : je ne respecte jamais les règles!) : qui je n'invite pas ? Les pinces sans rire, les "compétiteurs du tricot", les "team premier degré", et obvioulsy ma catégorie favorite: les influenceurs (NDLR : pour celles et ceux qui suivent et connaissent Imogène, l’humour sera facile à saisir !).

~ Question Fan ~
Pour quelle personne célèbre souhaiterais-tu tricoter une pièce ?

Je choisis un personnage fictif : Doctor Who, car j'adore cette série et ses différents Docteurs.

J'ai d'ailleurs un coloris baptisé ainsi car il est bleu comme un Tardis (même si malheureusement l'écheveau n'est pas plus grand à l'intérieur qu'à l'extérieur, les connaisseurs*euses savent de quoi je parle!)

~ Question Hyperactif ~
Quand tu tricotes, as-tu l'habitude de regarder une série, un film,  d'écouter la radio, de lire ? 

En règle générale, je tricote le soir devant une série, le reste du temps c'est dans le train ou dans l'avion lorsque je voyage. À moins d'être épuisée, j'ai beaucoup de mal à rester assise sans faire quelque chose de mes mains.

~ Question Knit Awards ~
L'enveloppe vient d'être décachetée et ton nom vient d'être proclamé… au moment de ton discours, qui remercies-tu ?

Mon mari en premier lieu. La teinture prend de plus en plus de place et de temps dans notre appartement et dans notre vie, cela empiète souvent sur le temps familial. Malgré son propre rythme professionnel compliqué, il m'a apporté énormément de soutien aussi bien dans la gestion de notre quotidien, que dans des moments plus difficiles.

On forme une sacrée équipe tous les deux !

Ensuite, les bénévoles et ami(e)s qui viennent m'aider lors des festivals : votre aide m'est très précieuse, sans vous ces évènements seraient compliqués à gérer pour moi !

Je remercie mes clients/clientes : votre confiance et votre soutien représentent vraiment beaucoup pour moi. 

Et finalement… tous ceux & celles qui me supportent sur les réseaux sociaux (soyons honnêtes, ce n'est pas facile tout les jours).

Sans tout ce petit monde, je n'en serai certainement pas où j'en suis aujourd'hui. Merci.


Merci Imogène pour cette chouette interview pleine de vérité, à ton image ! On continue à te suivre sur Instagram et sur ton site Internet bien sûr !